accueil
PortuguêsFrançais
LES CANCERS DE LA BOUCHE
< Arrière

Le cancer de la cavité orale est le 6º cancer le plus fréquent dans le monde. Il concerne les tissus mous: plancher de la bouche, langue, amygdales, palais, voile du palais, muqueuse des joues, gencives et lèvres. Ce sont des pathologies particulièrement létales, concernant surtout des sujets de 45 ans et plus, mais cet âge tend actuellement à diminuer sensiblement. Les principaux facteurs de risque sont la consommation de tabac et d’alcool (75% des cas), avec un effet cumulatif considérable, multipliant alors le risque par 15. Les autres facteurs de risque sont la surexposition au soleil, les drogues, une alimentation déséquilibrée, les radiations, ou encore des agents infectieux.

Actuellement la plupart de ces cancers sont encore détectés à un stade tardif, avec des taux de survie à 5 ans de l’ordre de 20%, alors que ces taux remontent à 80% pour des détections à un stade encore précoce. L’examen clinique systématique réalisé par le chirurgien dentiste reste encore la méthode de dépistage la plus efficace. Le but de la prévention est de distinguer précocement les lésions bénignes de celles considérées pré cancéreuses, peu symptomatiques, ce qui permet alors dans la majorité des cas d’espérer bloquer l’évolution de cette lésion vers un cancer.

Cliniquement ces lésions se présentent sous la forme de taches persistantes blanches, rouges ou encore noirâtres, d’un ulcère, d’une fibrose, d’un saignement spontané, d’une sensation d’anesthésie au niveau de la joue (paresthésie), ou encore d’une difficulté d’ouverture de la bouche (trismus). Si malgré un traitement étiologique ces signes cliniques persistent dans les 15 jours, il est alors impératif d’adresser le patient à un praticien spécialisé. Celui-ci procèdera alors à des examens plus approfondis tels que radiographies complémentaires, coloration en bouche des tissus suspects au Bleu de Toluidine, examen de la fluorescence des tissus suspects (VELscope®), et surtout biopsie, pour une confirmation histologique de la lésion.

LE CHIRURGIEN DENTISTE, EN CONTACT REGULIER AVEC SES PATIENTS, EST L’INTERVENANT MAJEUR DANS LA PREVENTION ET LE DIAGNOSTIC PRECOCE DES CANCERS DE LA BOUCHE.